MILLON Roger

 

Date de naissance 2 avril 1923
Lieu de naissance Aire-sur-la-Lys (PAS-DE-CALAIS)
Date de décès 3 mai 1945
Lieu du décès Baie de Lübeck (ALLEMAGNE)

 

Réseau Réseau Hunter-Nord
Activités Chargé de mission du réseau Hunter, agent P2

Transmission de renseignements sur les pistes de lancement des V1 et sur les mouvements des troupes allemandes

Date de l’arrestation 17 juin 1944
Lieu de l’arrestation route de Béthune
Parcours Prison de Béthune

Prison de Loos

Camp de concentration de Sachsenhausen

Camp de concentration de Bergen-Belsen

Camp de concentration de Neuengamme, Meppen Versen

Cap Arcona

Mention Mort pour la France

Mort en déportation, le 22 avril 2013 (transcription dans les registres)

Déporté résistant, 8 janvier 1954

Roger Gaston Louis Millon (1923-1945) fut un résistant et militaire appartenant à la FFC de la seconde guerre mondiale à Aire-sur-la-Lys. Il est né le 2 avril 1923 à Aire-sur-la-Lys de Fernand Louis Million et de Justine Céline Planchez. Il habitait dans la maison familiale au 5bis, place Notre-Dame et ne s’est jamais marié.

Il a servi comme agent de liaison P2, avec Robin, Boon et Roger et était surnommé « le Chinois ». Ils ont animé un réseau de résistance en lien avec les alliés. Il a ensuite été dénoncé puis arrêté le 17 juin 1944 par la Gestapo et la Feldgendarmerie sur la route de Béthune. Les motifs de sa condamnation étaient pour actes de résistances et espionnages. En effet, il était porteur lors de son arrestation des plans des bases de V1qu’il portait un pli caché dans le cadre de son véloDe nombreux témoignages nous apprennent que le jeune Millon transportait régulièrement des plis en bicyclette et qu’il était d’un courage exemplaire

Il a été interné à la prison de Béthune puis de Loos pour être déporté par le train de Loos en direction de Sachsenhausen. Il semblerait qu’il ait été dirigé vers Bergen-Belsen avec un transport d’évacuation où il aurait dû arriver le 17.10.1944. Arrivé au camp de Neuengamme le 16 octobre 1944, il était interné dans le sous-camp Meppen-Versen.

Millon fut un travailleur de profession dans le camp. Voyant les alliés progresser vers l’Allemagne, les Allemands ne voulant laisser aucune trace de leurs faits et actes atroces, ils décidèrent de déplacer les déportés, Millon fut embarqué dans le “Cap Arcona” avec 4500 autres déportés.

Le naufrage du bateau s’est déroulé le 3 mai 1945, trois jours après le suicide d’Hitler et cinq jours avant la fin de la guerre. Les Allemands, se rendant compte des atrocités commises dans les camps, se sont acharnés à détruire toutes les traces de leurs crimes concentrationnaires en vidant les camps, les nettoyant pour ne laisser aucun indice ou aucune preuves de leurs faits. L’intention du Gauleiter de Hambourg, Karl Kaufman est sans équivoque, il ne fallait laisser aucune chance aux détenus de pouvoir survivre, ils avaient décidé de couler les navires avec les déportés à bord en enlevant tous les gilets de sauvetages, en supprimant tous les matériaux qui auraient pu servir comme radeaux. Les prisonniers furent entassés dans les cales de quatre bateaux durant plusieurs jours. Les conditions de voyage furent rudes, pas d’eau, pas de lumière, pas d’air. Un étrange hasard, des avions aériens britanniques de la Royal Air Force croyant que ces navires étaient une menace pour leur sécurité et qu’ils transportaient des troupes allemandes, ont bombardé les navires. Deux de ces quatres bateaux ont été touchés, le Cap Arcona qui sur ses 4 500 déportés seuls 350 ont survécu. Puis, le Thielbek fut également bombardé avec 2 800 déportés seulement une cinquantaine a survécu au naufrage. Millon fut déclaré mort dans le naufrage avec 7 000 autres déportés.

Sur dépôt d’une demande d’attribution par son père, Roger Million reçut le titre de déporté résistant. Il fut également déclaré « mort pour la France » et « mort en déportation ».

Publicités